Attentat à Tunis – Tunisie

1.jpg

Faits

Le jeudi 27 juin 2019, un kamikaze a visé la police dans la rue Charles-de-Gaulle qui prolonge la principale avenue de Tunis, l’Avenue Habib Bourguiba, à quelques mètres de l’ambassade de France. Une seconde explosion a eu lieu, cette fois à proximité d’une caserne de la Garde nationale.

Sur la rue Charles-de-Gaulle, qui prolonge l’avenue Bourguiba, un kamikaze a visé un véhicule de police à 10h50, tuant un policier et blessant trois civils et un policier. Il a été précisé par la suite par le ministère de l’Intérieur tunisien que ce policier était décédé des suites de ses blessures. L’attaque a eu lieu au niveau des arcades de l’avenue Charles-de-Gaulle, vers l’entrée de la médina, à quelques mètres de l’ambassade de France, du ministère de l’Intérieur et de nombreux hôtels. Des passants se sont évanouis sous le choc, et de nombreux commerces et administrations du centre-ville ont aussitôt fermé. Rapidement, des forces de sécurité ont été déployées sur le lieu de l’attentat.

Dix minutes plus tard, un deuxième attentat suicide a visé un complexe de la Garde nationale à la périphérie de Tunis, faisant quatre blessés parmi les policiers. Le kamikaze a d’abord tenté de rentrer dans le bâtiment avant de se faire exploser à 11 heures devant la porte arrière, sur le parking de la direction antiterroriste de la caserne d’El Gorjani. Cette caserne rassemble les services de la Garde nationale, de la police judiciaire et des services d’enquête antiterroriste.

Le groupe État islamique (Daech) a revendiqué le soir même ce double attentat suicide qui a tué un policier et blessé huit personnes en milieu de journée via son agence de propagande Amaq dans les termes suivants : les auteurs des “deux attaques contre des forces de sécurité tunisiennes dans la capitale sont des combattants du (groupe) État islamique“.

Suspect et enquête

Le « cerveau » de ces attentats s’est fait exploser dans la nuit du 2 au 3 juillet 2019 lors d’une opération sécuritaire dans la cité populaire Intilaka, près de Tunis. Le porte-parole du ministère de l’Intérieur tunisien a indiqué que l’enquête ouverte « a mené à cette personne de 23 ans » qui habitait dans un quartier (Ibn Khaldoun) proche de la cité Intilaka. Il a également indiqué que le suspect « planifiait une opération terroriste ciblant des sécuritaires ». Il a activé une ceinture d’explosifs au moment où il a été atteint par des tirs des forces de sécurité.

Sources :

 

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *