20 octobre 2015 : l’AfVT.org reçoit à Paris une délégation du Danemark

drapeau danois_150Mardi 20 octobre 2015

L’AfVT.org reçoit à Paris une délégation du Danemark

Dans le cadre de son action destinée à développer les partenariats internationaux et les échanges de bonnes pratiques dans la lutte contre l’extrémisme violent, l’Association française des Victimes du Terrorisme (AfVT.org) a organisé une réunion de travail avec une délégation composée d’élus et de représentants locaux du Danemark, et plus spécifiquement de la ville de Copenhague.

Le double attentat perpétré à Copenhague les 14 et 15 février 2015 a montré que le système de prévention mis en place par les autorités danoises, malgré des résultats encourageants, nécessitait d’être consolidé par l’adoption de mesures complémentaires, notamment en empruntant à des expériences menées hors de leurs frontières. Pour ce faire, la ville de Copenhague a dépêché en France une mission d’observation composée de trente de ses représentants pour une visite officielle de deux jours. Au cours de leur séjour, les membres de la délégation danoise ont programmé diverses rencontres avec, d’une part, des représentants des pouvoirs publics et de la sécurité au niveau local et, d’autre part, des responsables du secteur associatif disposant d’une expertise en matière de lutte contre les extrémismes violents. C’est à ce titre que l’Association française des victimes du terrorisme (AfVT.org) a été sollicitée pour accueillir la délégation danoise à Paris.

Cette dernière, menée par la conseillère municipale et présidente du comité chargé de l’Emploi et de l’Intégration à la mairie de Copenhague, Mme Anna Mee ALLERSLEV, était composée de six autres conseillers municipaux appartenant au dit comité « Emploi et Intégration ». À leurs côtés figuraient cinq hauts responsables du service en charge des questions relatives à l’emploi et à l’intégration et treize fonctionnaires représentant le comité en charge de la gestion des services sociaux de la ville.

Le contexte du Danemark

Depuis le début du conflit syrien en 2011 et la montée en puissance de Daech dans la région, le Danemark est devenu le deuxième pays européen qui compte, en proportion de sa population, le plus grand nombre de ressortissants partis combattre sur les territoires syriens et irakiens. Pour parer à l’ampleur de ce phénomène, les pouvoirs publics danois ont mis en place, dans les communes d’Aarhus et de Copenhague, un dispositif expérimental de prévention visant à lutter contre la radicalisation et l’extrémisme violent grâce à l’action combinée des forces de police, des autorités locales et de l’ensemble des acteurs associatifs de proximité. Ce dispositif intervient dans le cadre de la politique de la ville visant à renforcer l’accompagnement individualisé des personnes à risque et à favoriser leur processus de (ré)intégration à la société danoise.

Après avoir présenté l’ensemble des actions initiées par l’Association française des Victimes du Terrorisme, Guillaume DENOIX de SAINT MARC a souhaité privilégier un dialogue ouvert entre lui et les invités danois afin de laisser place à l’échange quant à nos expériences respectives en matière de prévention. Durant les deux heures de la rencontre, la démarche qui sous-tend l’intervention de l’AfVT.org dans le domaine de la prévention a été exposée, à savoir que toute campagne de lutte contre la radicalisation et/ou l’extrémisme violent, pourvu qu’on la veuille efficace, nécessite – entre autres ressources – la voix des victimes.

Faisant écho aux approches méthodologiques valorisées par les autorités danoises en matière de détection et de prise en charge des personnes vulnérables ou radicalisées, les actions entreprises et menées par l’AfVT.org avec le soutien actif des pouvoirs publics ont suscité un vif intérêt parmi les membres de la délégation.

Au terme de cette fructueuse réunion de travail, l’AfVT.org s’est vue invitée par Mme Anna Mee ALLERSLEV à poursuivre les échanges lors d’une rencontre à Copenhague qui se déroulera dans les prochaines semaines.

Pour télécharger le fichier PDF de cet article, cliquer ici.

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *