17 octobre 2014 : Terrorisme, et si on écoutait les Victimes ? – Vannes

Terrorisme_ecoute_victimes_logo.png

Terrorisme_ecoute_victimes_logo_150Vendredi 17 octobre 2014

Intervention de l’AfVT.org à Vannes

Dans le cadre de son action « Terrorisme, et si on écoutait les victimes ? », l’Association française des Victimes du Terrorisme (AfVT.org) a organisé une rencontre entre 3 victimes du terrorisme et les élèves en classe de terminale du lycée catholique Saint-Paul de Vannes (Morbihan), le vendredi 17 octobre.

Dispositif de l’intervention

L’établissement compte au total 1800 élèves.

L’organisation de la journée comprenait deux sessions en amphi, l’une en matinée, l’autre en tout début d’après-midi.

Près de 500 lycéens ont pu écouter le témoignage de 3 membres de l’AfVT.org :

Guillaume DENOIX de SAINT MARC, qui a perdu son père dans l’attentat du DC10 d’UTA, le 19 septembre 1989.

Anaële ABESCAT et Sébastien NOVELLA, qui ont chacun perdu leur père dans l’attentat commis en Arabie Saoudite, le 26 février 2007.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Anaële Abescat, Sébastien Novella et Guillaume Denoix de Saint Marc
(c) AfVT.org

Récit de l’attentat du DC10 d’UTA

La présentation de Guillaume DENOIX de SAINT MARC était enrichie de supports audiovisuels tels que l’affichage d’une présentation en PowerPoint et la projection d’un extrait vidéo du documentaire sur le mémorial du DC10 dans le désert du Ténéré.

Récit de l’attentat en Arabie Saoudite

Lors de l’intervention d’Anaële ABESCAT, le témoignage audiovisuel de son frère Adrien a été projeté aux élèves en avant-première. Cette vidéo fait partie d’une série de 21 portraits produits par l’Association française des Victimes du Terrorisme (AfVT.org) à l’issue d’un rassemblement de victimes du monde entier à Madrid, du 10 au 14 mars 2014. Pour en savoir plus sur cette action, cliquer ici.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
(c) AfVT.org

Les réactions des lycéens

Plusieurs centaines de questions et réactions des élèves sont parvenues aux orateurs sur des fiches. Le parcours personnel d’Anaële et Sébastien, ainsi que leur engagement dans la promotion de la citoyenneté positive, ont interpellé de nombreux lycéens qui ont relevé l’absence d’un désir de vengeance. D’autres ont posé des questions sur les circonstances des attentats évoqués, notamment le rôle du pouvoir libyen dans l’attentat du DC10 d’UTA.

Cette rencontre a également permis à certains d’exprimer leur incompréhension mais aussi leur inquiétude par rapport au départ de jeunes du même âge en Syrie.

Parmi eux, deux élèves de terminale ont tenu à s’exprimer sur les dangers de la radicalisation au terme d’un échange prolongé avec les intervenants de l’AfVT.org :

Camille

« Pour moi, la radicalisation est une idéologie mais il faut que ça le reste. Tant qu’il ne se passe rien, l’idéologie ne peut être dangereuse et nocive pour les personnes qui n’y adhèrent pas. Cependant, dès lors qu’on utilise la violence, la radicalisation ne peut être tolérée. »

Anna

« La radicalisation, c’est du bourrage de crâne qui entraîne de la violence et de la haine. Il faut prôner la paix, pas la vengeance, car la fin ne justifie pas les moyens. »

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
(c) AfVT.org

Questions posées à Anaële ABESCAT et Sébastien NOVELLA

Quelle était la revendication des terroristes ?

Étiez-vous dans une zone jugée « à risque » en Arabie Saoudite ?

Quelles sont les différentes phases pour vous reconstruire ?

Y a-t-il un événement particulier qui vous a aidé à vous relever (décidé de revivre) ?

Avec le recul, la souffrance est-elle aussi intense et présente ?

Si vous vous retrouviez face aux responsables, que diriez-vous ?

Comment les coupables ont-ils été retrouvés ? Ont-ils été punis ?

Comment avez-vous appris l’existence de l’Association [l’AfVT.org] ?

Si les événements ne s’étaient pas passés, auriez-vous fait d’autres études ?

Avez-vous reçu immédiatement le soutien de l’État et des institutions ? Ou avez-vous eu le sentiment d’être seuls ?

Existe-t-il un mémorial pour les victimes de votre attentat ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Anaële ABESCAT et Sébastien NOVELLA (AfVT.org)

Questions posées à Guillaume DENOIX de SAINT MARC

Comment avez-vous pu être capable de prendre l’avion après la mort d’un proche dans un crash aérien ?

Quel était l’objectif des services de renseignements libyens ?

Comment avez-vous pu entrer en contact avec les représentants de la Libye ?

Est-ce que le fait d’aller sur le lieu du crash vous a aidé, et si oui, pourquoi ?

Il a fallu combien de temps pour réaliser le mémorial ?

Le fait de construire un mémorial a-t-il aidé à faire le deuil ?

Lors de vos échanges avec d’autres victimes du terrorisme du terrorisme, quels exemples d’histoires avez-vous pu entendre ?

Pouvez-vous nous dire quels sont les organismes européens qui agissent dans le même sens que votre Association ?

Qu’entendez-vous par travail de mémoire ?

En tant que victime, avez-vous plus d’informations sur les faits terroristes ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
(c) AfVT.org

Questions posées en phase avec l’actualité

Quelle vision avez-vous du terrorisme actuel (son évolution, les personnes qui partent faire le djihad…) ?

Craignez-vous le terrorisme plus qu’avant ?

Comment fait-on pour faire comprendre aux jeunes ayant voulu faire partie du djihad l’ampleur de leur choix ?

Pensez-vous que la France est suffisamment protégée en cas d’attentat ?

Est-ce que les événements actuels à Kobané font écho à vos expériences ?

Pensez-vous que l’armée française doit rester en Afghanistan et au Mali ?

Réaction des intervenants de l’AfVT.org

Anaële ABESCAT

« J’étais venue au lycée Saint-Paul l’année dernière, et j’ai été frappée par l’évolution des questions sur mon témoignage. En l’espace d’un an, la réalité du djihadisme est passée par là, et je sens une vraie prise de conscience chez les jeunes des dangers du terrorisme. »

Sébastien NOVELLA

« Je ne me définis pas comme un professionnel de la communication. Pour autant, je crois que notre message est important et peut être utile aux jeunes. On est là pour leur montrer deux choses : premièrement, la violence ne résoudra jamais nos problèmes. Deuxièmement, quelles que soient les épreuves de la vie, nous avons tous en nous le potentiel d’une force intérieure qui nous permet de se relever. C’est le même discours que j’ai exprimé à l’École Militaire, le 27 mars dernier, dans le cadre d’une autre action de l’AfVT.org. »

Guillaume DENOIX de SAINT MARC

« Les lycéens ont été surpris par notre dynamisme car ils avaient une image un peu formatée et anxiogène des victimes du terrorisme. Nous voulions leur montrer qu’être un acteur de citoyenneté positive aide à se (re)construire et enrichit le vivre-ensemble. J’ai noté la pertinence de nombreuses questions, y compris la curiosité de certains sur les aspects géopolitiques autour de l’attentat du DC10. Nous avons également reçu des réactions liées au phénomène des jeunes djihadistes, ce qui semble exprimer une inquiétude diffuse d’autant plus qu’elle est très médiatisée. Pour conclure, nous avons été très touchés par l’accueil des organisateurs et des élèves du lycée Saint-Paul. Il me paraît très important de faire se rencontrer des jeunes qui construisent leur identité et des référents citoyens. »

Remerciements

Anaële ABESCAT et Sébastien NOVELLA qui ont livré leur témoignage avec générosité (et dans la bonne humeur).

Monsieur Olivier MOISAN, Directeur du lycée Saint-Paul.

Monsieur Stéphane GIRARDOT, Animateur en pastorale scolaire, et « Maître de Cérémonie ».

Les élèves de terminale pour leur intérêt soutenu et leurs questions pertinentes.

Camille et Anna pour leurs échanges prolongés avec les intervenants.

Et les familles de Vannes pour leur accueil chaleureux… et la qualité de leur hébergement.

 

Un commentaire

  • Carole Abescat

    22 octobre 2014 at 8 h 36 min

    Je tiens à remercier l’association pour tout le travail qu’elle effectue. Donner la parole aux victimes est d’une importance capitale. L’échange avec les jeunes amènera sans doute une autre réflexion en ce qui concerne la construction du monde de demain. Merci encore à vous tous.

    Reply

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *


A propos de l’AFVT

La vocation de l’Association française des Victimes du Terrorisme est d’agir au plus près des victimes du terrorisme pour accompagner leur travail de guérison, de reconnaissance, de vérité, de deuil et de mémoire tout en soutenant la lutte contre la banalisation de la violence et la barbarie.


NOUS CONTACTER

NOUS APPELER au +33 1 84 79 10 10