FRANCE – Attentat dans un foyer Sonacotra (Cagnes-sur-Mer)

epa_gattieres_0-1.jpg

Nuit du 18 au 19 décembre 1988

Attentat dans un foyer Sonacotra à Cagnes-sur-Mer

Plusieurs bombes placées près d’un foyer Sonacotra à Cagnes-sur-Mer hébergeant des travailleurs immigrés ont causé la mort d’une personne et en ont blessé 12 autres.

Vers 3h30 du matin, 3 explosions se sont produites simultanément. Les deux premières à l’extérieur du bâtiment ont détruit la façade du foyer ainsi que de nombreux véhicules garés à proximité. Dans la panique, les locataires du foyer évacuent les lieux. C’est à ce moment qu’une troisième bombe meurtrière explose dans l’une des sorties du bâtiment.

L’attentat a été condamné par le Chef de l’Etat, François Mitterrand : « Une fois de plus la lâcheté de quelques-uns vient de frapper des travailleurs immigrés. Cette violence doit être dénoncée et combattue avec la plus grande fermeté. Je m’incline devant les victimes et m’associe à la douleur de leurs proches ».  Les associations anti-racistes ont également dénoncé cet acte criminel.

Le 9 mai 1988, à Cannes-la-Bocca, un attentat avait été commis contre un autre foyer Sonacotra. L’explosion à la bouteille de gaz avait blessé deux personnes.

Les victimes

Cet attentat du 19 décembre 1988 a causé la mort de Monsieur Georges YORDACESCU, de nationalité roumaine et blessé gravement 12 autres personnes.

Procès

La chambre d’accusation de la Cour d’appel d’Aix-en-Provence, le 23 janvier 1991, a renvoyé devant une Cour d’assises spéciale Gilbert HERVOCHON, le cerveau présumé du gang et les quatre poseurs de bombe, Nicolas GOUGE, Philippe LOMBARDO, Serge BAYONI et Georges CASSAR.

Nicolas GOUGE a été condamné à 18 ans de réclusion par la cour d’assises des Alpes-Maritimes. Ses trois complices, Philippe LOMBARDO, Georges CASSAR et Serge BAYONI, se sont vus infliger des peines de 14, 12 et 8 ans de prison.

Cependant l’idéologue du groupe d’inspiration néo-nazie, Gilbert HERVOCHON, a été acquitté. Ses avocats avaient plaidé le « droit aux idées », fussent-elles racistes.

Gilbert HERVOCHON n’a cependant pas recouvré la liberté : le 15 octobre dernier, il avait été condamné à quatre ans de détention pour association de malfaiteurs.

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *


A propos de l’AFVT

La vocation de l’Association française des Victimes du Terrorisme est d’agir au plus près des victimes du terrorisme pour accompagner leur travail de guérison, de reconnaissance, de vérité, de deuil et de mémoire tout en soutenant la lutte contre la banalisation de la violence et la barbarie.


NOUS CONTACTER

NOUS APPELER au +33 1 84 79 10 10