France – Attentat à Strasbourg

1179536-prodlibe-attaque-strasbourg.jpg

Mardi 11 décembre 2018

Déroulé des faits

Vers 19h45, un homme de 29 ans pénètre dans le centre historique de Strasbourg par le Pont du Corbeau armé d’un couteau et d’une arme de poing. A hauteur du 10 rue des Orfèvres, il ouvre le feu sur des passants avant de se retrouver face à 4 militaires de la force sentinelle qui se trouvaient dans la Rue des Grandes Arcades.

Malgré des échanges de tirs et une blessure à la main, Chérif Chekatt, auteur présumé des attentats, parvient à prendre la fuite par la rue du Saumon. Il monte dans un taxi au niveau du Pont Saint-Martin et se fait déposer dans le quartier du Neudorf vers 20h. Repéré à deux reprises, il échangera des tirs avec les forces de l’ordre.

Après deux jours de cavale et plus de 700 membres des forces de l’ordre mobilisés, Cherif Chekatt est repéré par une brigade spécialisée de terrain composée de trois fonctionnaires de police à 21 heures le 13 janvier dans le quartier du Neudorf. Après avoir ouvert le feu sur les policiers, ceux-ci ripostent et le neutralisent.

Les victimes

L’attentat de Strasbourg aura causé la mort de 5 personnes.

  • Barto Pedro Orent-Niedzielski, originaire de Katowice en Pologne et habitant Strasbourgeois depuis 20 ans, avait 36 ans et était responsable d’animations au sein d’un festival européen de bandes dessinées et couvrait également les sessions plénières du Parlement européen à Strasbourg.
  • Antonio Megalizzi, journaliste italien de 28 ans, originaire de Trente dans le nord-est de l’Italie et membre du réseau de radios universitaires Europhonica, était en déplacement à Strasbourg afin de couvrir la session plénière du parlement européen.
  • Pascal Verdenne, strasbourgeois de 61 ans et ancien employé du Crédit agricole, sortait du restaurant à l’intérieur duquel se trouvaient sa femme et son fils.
  • Anupong Suebsamarn, thaïlandais de 45 ans, venait visiter la France en compagnie de son épouse, qui a également été blessée lors de l’attaque.
  • Kamal Naghchband, après avoir fui la guerre en Afghanistan, ce père de 3 jeunes enfants était installé avec sa femme et ses enfants à Strasbourg en tant que garagiste et venait profiter du marché de Noël en famille.

Nous dénombrons également onze personnes blessées et de nombreuses personnes impactées psychologiquement.

L’auteur présumé des attentats

L’auteur présumé des attentats, Cherif Chekatt, était un homme de 29 ans, ficher S et condamné 27 fois pour des faits de vols et violences en France, Allemagne et en Suisse. Il devait être interpellé le matin même des attentats dans une affaire de tentative d’homicide et extorsion mais ne se trouvait pas à son domicile.

Sa radicalisation et son prosélytisme religieux seront signalés en 2015 à la DGSI lors de sa détention sans qu’aucune velléité de passage à l’acte ne soit détectée.

Peu après sa mort, l’Etat islamique, à travers son média de propagande Amaq, l’a désigné comme un « soldat » de l’EI et a revendiqué l’attentat.

Les suites judiciaires

La section anti-terroriste du parquet de Paris s’est saisie de l’affaire dès mardi soir et a ouvert une enquête pour “assassinats et tentatives d’assassinats en relation avec une entreprise terroriste” et “association de malfaiteurs terroriste criminelle”.

Six personnes qui avaient été placées en garde à vue après l’attentat, parmi lesquelles les parents de l’assaillant et deux de ses frères, ont été libérées au cours du week-end “en l’absence d’éléments incriminants”.

Un complice présumé de Cherif Chekatt a été mis en examen pour “association de malfaiteurs terroriste criminelle” et “acquisition, détention et cession d’armes de catégorie B par au moins deux personnes en relations avec une entreprise terroriste”.

La traque étant terminée, il s’agit maintenant pour les autorités de police de d’établir de potentielles complicités, une possible préméditation. Abattu tout prêt du dernier endroit où il avait été localisé, l’enquête devra également déterminer comment il a pu se cacher pendant deux jours dans le quartier où il a grandi.

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *


A propos de l’AFVT

La vocation de l’Association française des Victimes du Terrorisme est d’agir au plus près des victimes du terrorisme pour accompagner leur travail de guérison, de reconnaissance, de vérité, de deuil et de mémoire tout en soutenant la lutte contre la banalisation de la violence et la barbarie.


NOUS CONTACTER

NOUS APPELER au +33 1 84 79 10 10