Attaque à la voiture piégée contre le camp de la Minusma à Gao (MALI)

MALI22.jpg

Attaque à la voiture piégée contre le camp de la Minusma à Gao (MALI)

 

Déroulé de l’attentat

Peu avant 21h, un pick-up chargé d’explosifs explose à proximité du camp de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) situé à Gao, à l’est du Mali. Un casque bleu de nationalité chinoise décède dans l’explosion.

Quelques heures plus tard, un groupe d’individus armés attaque l’antenne locale de la Mission des Nations Unies de lutte contre les mines (UNMAS). Deux agents maliens et un contractuel français décèdent dans la fusillade.

 

Revendication 

Le double attentat est revendiqué quelques heures plus tard par AQMI via son organe de communication Al Andalous. L’action aurait été menée par le groupe djihadiste « Al Mourabitoun » dirigé alors par Mokhtar Belmokhtar.

 

Victimes

Quatre personnes décèdent dans ce double-attentat. Parmi elles, on dénombre un casque bleu de nationalité chinoise, deux agents de sécurité maliens et un Français, Eric FLORY.

Eric FLORY avait été instructeur comme plongeur démineur à l’école de plongée de la Marine nationale. Après avoir quitté l’armée, il avait été employé comme contractuel dans la sécurité privée. C’est en tant qu’employé de la société G4S, mandatée par la cellule UNMAS de l’ONU pour assurer l’instruction des Maliens, qu’Éric FLORY était arrivé au Mali fin mars-début avril 2016.

 

Contexte

L’attaque survient dans un contexte de regain de violence contre la MINUSMA dans le Nord Mali. Pour rappel, le 18 mai, soit deux semaines avant le double attentat de Gao, une attaque avait provoqué la mort de 5 casques bleus tchadiens dans la région de Kidal. Peu avant, 5 casques bleus togolais avaient péri près de Sévaré, près de Mopti dans le centre du pays.

AQMI, active en Afrique de l’ouest, avait notamment revendiqué l’attentat de Bamako en novembre 2015, de Ouagadougou en janvier 2016 et Grand Bassam en mars 2016.

 

Déployée depuis juillet 2013, la MINUSMA assure les missions de maintien de la paix de l’ONU au Mali dans le contexte de déstabilisation que connait ce pays.

 

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *