Troisième journée internationale du souvenir, en hommage aux victimes du terrorisme

1-1.jpg

***

Le 21 août 2020 a eu lieu la troisième journée internationale du souvenir, en hommage aux victimes du terrorisme. Du fait de la situation sanitaire, plusieurs événements en ligne ont été organisés :

Conférence « De victimes du terrorisme à messagers de la paix : approche stratégique »

La première webconférence était centrée sur le lancement du dernier rapport de l’UNODC (Office des Nations Unies contre la drogue et le crime) intitulé « de victimes du terrorisme à messagers de la paix : approche stratégique ». Le rapport a pour objectif d’améliorer la capacité des gouvernements et autres acteurs souhaitant soutenir les victimes du terrorisme et plus particulièrement celles ayant pour but de devenir messagers de la paix. Pour plus d’informations, vous trouverez le rapport ICI

Des remarques introductives ont été formulées par les ambassadeurs d’Afghanistan, d’Indonésie, des Pays bas et d’Espagne, pays fortement touchés par le terrorisme ou impliqués dans la résilience des victimes du terrorisme.

Le rapport a été présenté par Max Boon, co-auteur de la publication et victime de l’attentat du 17 juillet 2009 à l’hôtel du Marriott de Jakarta. Très gravement blessé, Max Boon se bat aujourd’hui contre l’extrémisme en portant la voix des victimes en Indonésie. La présentation était particulièrement forte puisqu’après avoir parlé son attentat et de ses blessures, Max Boon a présenté « son terroriste », un jeune indonésien de 18 ans. Il a expliqué que ce n’est pas un terroriste qu’il voit mais un jeune homme, qui a été radicalisé et qui n’aurait jamais tenté de le tuer s’ils avaient pu discuter ne serait-ce qu’une seule fois.

C’est pour cela qu’il a commencé en 2012 une activité afin de redonner le pouvoir aux victimes du terrorisme, les former et leur permettre de se mobiliser. Le projet, appelé « initiative de la voix des victimes », a touché plus de 8000 étudiants depuis 2013 et permis de faire intervenir ensemble des victimes et anciens terroristes.

Conférence « Ne pas oublier : témoignages en hommage aux victimes du terrorisme »

Un second évènement virtuel s’est ouvert avec la participation du Secrétaire Général des Nations Unies, António Guterres. La conférence a été diffusée sur la WebTV des Nations Unies et est disponible ici : http://webtv.un.org/ .

Cette conférence a été l’occasion d’entendre, à travers un court film réalisé pendant le confinement, des témoignages forts de victimes à travers le monde parlant de leur histoire et de l’impact de la pandémie sur leur vie. Vous pouvez revoir les témoignages ICI.

Une discussion interactive, modérée par Nicolas Henin, journaliste et ancien otage de l’Etat islamique, a regroupé des professionnels et des victimes sur la question des conséquences de la pandémie sur les hommages et commémorations pour les victimes du terrorisme.

Exposition virtuelle du Bureau des Nations Unies de lutte contre le terrorisme

« Pour un futur sans terrorisme » est le nom de la toute première exposition virtuelle réalisée par le Bureau des Nations Unies contre le terrorisme.

Cette exposition interactive aborde la lutte contre le terrorisme sous diverses problématiques tel que les droits humains, le genre ou le retour des combattants étrangers. Une carte interactive de la solidarité regroupant des témoignages de victime a été mise en ligne ainsi qu’un jeu sur les stratégies de communication de crise.

Pour en savoir plus : https://www.un.org/counter-terrorism-expo/

Message du Secrétaire Général des Nations Unies, António Guterres

Le Secrétaire Général des Nations Unies, António Guterres, a publié un communiqué à destination des victimes du terrorisme :

« Aujourd’hui, nous invoquons le souvenir de toutes les victimes du terrorisme et nous leur rendons hommage. Nous sommes avec celles et ceux qui les pleurent et avec celles et ceux qui continuent de souffrir des blessures physiques et psychologiques résultant des atrocités commises par des terroristes.

Le terrorisme a sur ses victimes des effets qui peuvent durer toute une vie et se répercuter sur plusieurs générations. Nous ne pouvons pas effacer les traumatismes, mais nous pouvons aider les victimes et les survivants en œuvrant pour la vérité, la justice et la réparation, en nous faisant leur porte-voix et en défendant leurs droits humains.

Nous observons cette troisième Journée internationale du souvenir, en hommage aux victimes du terrorisme, alors que le monde est dans la tourmente. La crise provoquée par le COVID-19 a changé notre façon de vivre et nos rapports avec les autres.

Des services essentiels pour les victimes tels que les procédures de justice pénale et le soutien psychosocial, ont été interrompus, retardés ou supprimés, les gouvernements concentrant leur attention et leurs ressources sur la lutte contre la pandémie.

De nombreuses cérémonies et commémorations ont été annulées ou tenues en ligne et les victimes n’ont pu trouver consolation et réconfort les unes auprès des autres. En outre, en raison des restrictions actuelles, l’Organisation des Nations Unies a dû reporter à l’année prochaine le tout premier Congrès mondial des victimes du terrorisme.

Il est vital de se souvenir des victimes du terrorisme et de faire plus pour les aider à guérir et à se reconstruire. Nous devons notamment collaborer avec les parlementaires et les gouvernements en vue de la rédaction et de l’adoption de lois et de stratégies nationales d’aide aux victimes.

Nous devons continuer d’appuyer le travail inestimable des associations de victimes. Nous devons veiller à toujours faire entendre la voix de celles et ceux qui ont souffert, pour que personne ne soit jamais oublié. L’ONU est solidaire de toutes les victimes du terrorisme, aujourd’hui comme chaque jour. »

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *


A propos de l’AFVT

La vocation de l’Association française des Victimes du Terrorisme est d’agir au plus près des victimes du terrorisme pour accompagner leur travail de guérison, de reconnaissance, de vérité, de deuil et de mémoire tout en soutenant la lutte contre la banalisation de la violence et la barbarie.


NOUS CONTACTER

NOUS APPELER au +33 1 84 79 10 10