L’AfVT s’oppose aux condamnations à mort de 4 citoyens français pour appartenance au groupe État Islamique en Irak.

Logo-AfVT2l-centré.jpg

Le 28 mai 2019

Les 26, 27 et 28 mai 2019, Kevin Gonot, Léonard Lopez, Salim Machou, Mustapha Merzoughi, Brahim Nejara et Karam El Harchaoui ont été condamnés à la mort par pendaison pour leur appartenance au groupe État Islamique en Irak. Quatre autres français comparaitront les 2 et 3 juin prochains. Ils seraient 12 en attente de jugement.

L’Association française des Victimes du Terrorisme (AfVT) souhaite rappeler sa profonde opposition à la peine de mort, sentence allant à l’encontre de ses valeurs démocratiques et humanistes. Les personnes ayant participé au groupe État Islamique doivent être jugées et condamnées dans le respect de leurs droits fondamentaux.

« Exécuter Léonard Lopez, contre qui un mandat d’arrêt international a été délivré en juillet 2016, reviendrait à empêcher la justice française d’obtenir des réponses quant à sa participation au forum djihadiste Ansar Al Haqq[1] » souligne Guillaume Denoix de Saint Marc, fondateur et directeur général de l’association.

Exécuter ces djihadistes ne permettra pas à nos sociétés et aux victimes du terrorisme de comprendre les raisons de leur départ et les ramifications de leur organisation. De nombreuses zones d’ombres restent à éclaircir dans beaucoup de procédures d’attentats en France et contre des Français à l’étranger.

Nous souhaitons également souligner les engagements qu’a pris la France à l’égard de la lutte contre la peine de mort à travers la ratification :

  • du 2ème protocole facultatif se rapportant au Pacte international relatif aux droits civils et politiques
  • des protocoles 6 et 13 à la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et les libertés fondamentales concernant l’abolition de la peine de mort en toutes circonstances.

Nous tenons à rappeler le 13ème point de l’Accord de Partenariat et de coopération entre l’Union Européenne et l’Irak, adopté par le parlement européen le 4 juillet 2018, qui invite les Etats de l’Union « à faire de l’abolition de la peine de mort une priorité de ce dialogue et invite les autorités iraquiennes à appliquer immédiatement un moratoire sur la peine de mort ».

Ainsi, nous demandons que ces peines soient commuées en prison à vie et que ces djihadistes puissent être entendus par les autorités judiciaires françaises.

***

Compte-rendu du procès du site djihadiste Ansar al Haqq : https://www.afvt.org/wp-content/uploads/2018/07/Compte-Rendu-ansar-al-haqq-FINAL-3.pdf

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *


A propos de l’AFVT

La vocation de l’Association française des Victimes du Terrorisme est d’agir au plus près des victimes du terrorisme pour accompagner leur travail de guérison, de reconnaissance, de vérité, de deuil et de mémoire tout en soutenant la lutte contre la banalisation de la violence et la barbarie.


NOUS CONTACTER

NOUS APPELER au +33 1 84 79 10 10