DANEMARK – Attentats de Copenhague

denmark-406180_960_720.jpg

AFVT_Attentats_Copenhague_2015-Bouton_Attentat

Le Danemark a été frappé pour la première fois sur son sol par une attaque terroriste qui s’est déroulée autour de deux lieux hautement symboliques en écho avec les attentats commis à Paris les 7, 8 et 9 janvier 2015.

Samedi 14 février

De nombreuses personnalités de la vie culturelle et littéraire étaient rassemblées dans le café « Krudttønden » en vue de participer au débat public organisé par le dessinateur suédois Lars VILKS autour du thème « Art, blasphème et liberté d’expression ».

Les organisateurs tenaient notamment à rendre hommage aux victimes de l’attentat survenu contre le siège du journal satirique « Charlie Hebdo » un mois auparavant, le 7 janvier 2015 à Paris. Parmi les participants figuraient Inna SHEVCHENKO, cofondatrice du mouvement féministe FEMEN, Niels IVAR LARSEN, éditorialiste du quotidien danois « Dagbladet Information », Finn NØRGAARD, réalisateur et producteur danois, ou encore Son Excellence François ZIMERAY, ambassadeur français au Danemark.

L’initiative de la conférence revenait à Lars VILKS, artiste suédois soumis à une protection policière depuis la publication de ses caricatures représentant Mahomet dans les pages du quotidien suédois « Nerikes Allehanda » en 2007. Compte tenu des circonstances dans lesquelles se tenait la rencontre, les lieux bénéficiaient d’une protection policière.

Malgré ces mesures de sécurité, un homme muni d’un fusil automatique pénètre dans le café vers 15h30 et ouvre le feu en direction de l’auditoire. Cet épisode sera très bref, l’assaillant faisant marche arrière pour continuer à tirer depuis l’extérieur du bâtiment. Il parvient finalement à prendre la fuite au volant d’une voiture de type Polo V de couleur noire qui est localisée à quelques kilomètres du lieu de l’attaque.

(c) Droits réservés

Finn NØRGAARD, 55 ans, est abattu par le terroriste alors qu’il avait quitté momentanément la conférence pour fumer une cigarette sur le trottoir, devant le café où se déroulait le débat.

Par ailleurs, trois agents de police sont blessés au cours de la fusillade.

Sans l’intervention des agents de sécurité, le bilan aurait été bien plus lourd.

2015-05-29 15.40.55
Photo prise le 29 mai 2015 (c) Stéphane Lacombe/AfVT.org

Dimanche 15 février

Alors que les services de police recherchent activement l’auteur de l’attaque, une fusillade éclate dans la nuit du dimanche 15 février aux alentours de 00h50 devant la grande synagogue de Copenhague, située dans le quartier de Krystalgade.

(c) JERRYE & ROY KLOTZ MD / Wikipedia

Dan UZAN, 38 ans, est abattu d’une balle dans la tête alors qu’il assurait, en tant que volontaire, la protection de la synagogue pendant le déroulement d’une Bar-Mitzvah réunissant environ 80 personnes. Deux agents de police en charge de la sécurité de la synagogue sont blessés aux bras et aux jambes lors des tirs. L’assaillant parvient de nouveau à prendre la fuite.

C’est aux alentours de 05h00 du matin, quatre heures après l’attaque perpétrée contre la synagogue, que le suspect fait face à la police danoise alors qu’il rejoignait son appartement placé sous surveillance. Les services de police venaient d’identifier Omar Abdel Hamid El-Hussein, jeune Danois d’origine palestinienne âgé de 22 ans, comme étant l’auteur présumé des deux attaques. Ce dernier, armé et déterminé, ouvre le feu sur les agents de police avant d’être finalement abattu.

Les circonstances dans lesquelles Omar Abdel Hamid El-Hussein se serait radicalisé restent à approfondir. L’homme était connu des services de police pour avoir commis plusieurs délits dont des infractions relatives à la législation sur les armes et les violences. Il avait notamment été condamné à deux ans d’emprisonnement pour avoir poignardé, à plusieurs reprises, un jeune homme de 19 ans à la jambe dans une station ferroviaire de Copenhague. Lors de sa détention, il aurait exprimé à de multiples reprises le souhait de partir combattre en Syrie. Les attentats qu’il a commis les 14 et 15 février 2015 se sont déroulés peu après sa libération de prison.

Bilan de l’attentat
Ces attaques ont fait 5 blessés dans les rangs de la police de Copenhague et ont tué 2 civils :
–    Finn NØRGAARD, réalisateur danois qui a trouvé la mort devant le café « Krudttønden ».
–    Dan UZAN, gardien-volontaire de la grande synagogue de Copenhague.

Les attentats de Copenhague font tragiquement écho aux évènements de janvier 2015 à Paris, les assaillants ayant démontré une logique et un mode opératoire analogue. Concernant les cibles tout d’abord, il s’agissait d’attaquer, dans un premier temps, un symbole de la liberté d’expression en portant atteinte à l’expression artistique de dessinateurs et de caricaturistes avant de s’en prendre, dans un second temps, à la communauté juive.

Les deux vagues de Paris et de Copenhague ont toutes deux été pensées suivant un schéma similaire. La stratégie des terroristes était de frapper plusieurs cibles en un temps restreint afin de susciter la confusion au sein des services de police et un fort sentiment d’insécurité parmi la population civile.

Voir le reportage du 15 février 2015 avec le témoignage de l’Ambassadeur de France, François ZIMERAY (3’12) :

Voir le reportage du 18 février 2015 tourné par AFP lors des obsèques de Dan UZAN (1’49) :

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *