Burkina Faso – Attentat à Ouagadougou

Photo-BF.png

Faits

Aux environs de 10h, des assaillants ont commencé à tirer sur l’ambassade de France et presque au même moment un autre groupe, de manière coordonnée, s’attaquait à l’état-major général des armées.

Une voiture piégée a ensuite explosé près de l’état-major burkinabè.

Des photos postées par des habitants de la capitale sur Twitter montraient d’épaisses colonnes de fumée noire s’élevant de plusieurs bâtiments, dont celui de l’état-major.

La situation n’a été maîtrisée que vers 15h, selon les autorités burkinabè, qui ont laissé entendre que le bilan aurait pu être beaucoup plus lourd : une réunion entre le chef d’état-major et des officiers à propos de la force anti-jihadiste G5 Sahel, qui devait se tenir dans une salle, a été déplacée.

A environ un kilomètre de là, cinq hommes armés sont sortis d’une voiture et ont ouvert le feu sur des passants avant de se diriger vers l’ambassade de France où ils échangé des coups de feu avec les gendarmes et policiers français qui gardaient l’ambassade, selon des témoins. Ils ont été “neutralisés”, selon les autorités bukinabè.

“Les forces françaises au Burkina sont intervenues en soutien à l’action de l’armée burkinabé, elles n’ont pas pris part directement à l’action”, a affirmé à l’AFP le porte-parole de l’état-major de l’armée française, le colonel Patrick Steiger. La France dispose de forces spéciales sur une base militaire à Ouagadougou.

Le parquet de Paris a de son côté ouvert une enquête pour tentative d’assassinats terroriste.

Victimes

Le bilan officiel fait état de 8 militaires et 8 assaillants tués, 85 personnes blessées, dont 61 militaires et 24 civils.

Aucun ressortissant français n’a été tué ou blessé dans l’attaque contre l’ambassade de France, de source diplomatique française.

Auteur

L’attaque a été revendiquée par l’organisation djihadiste Jamaat Nosrat al-Islam wal-Mouslimin (JNIM, ou Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, GSIM), qui a fait allégeance à al-Qaïda).

Le nombre exact et l’identité des suspects n’ont pas encore été fixés.

Suites judiciaires

Dans le cadre des enquêtes préliminaires, parmi la soixantaine de personnes interrogées, 8 ont été placés en détention.

Sources :
http://www.lefigaro.fr/international/2018/03/02/01003-20180302ARTFIG00137-l-ambassade-de-france-au-burkina-faso-visee-par-une-attaque-terroriste.php
https://www.liberation.fr/planete/2018/03/02/double-attaque-a-ouagadougou_1633371

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *