Atelier d’écriture : En attendant Mélanie Berthouloux-Dizin…

photo-1473186505569-9c61870c11f9-1280x853.jpg

Atelier d’écriture « Littérature & Société » :

En attendant Mélanie Berthouloux-Dizin…

Lycée Georges Braque d’Argenteuil (Val d’Oise) – Jeudi 15 mars

par Chantal Anglade, professeure de lettres

 

Cadre et contexte pédagogiques 

Le programme de l’enseignement d’exploration Littérature & Société s’appuie sur « une formation humaniste au sens large et moderne du terme » et spécifie que les élèves doivent être mis en situation de réaliser des productions et développer leur créativité.

Les deux classes de Mounira Dakiche et Sabine Castets ont, au premier trimestre, participé au concours de photographie proposé par l’Institut du Monde Arabe intitulé « Mille et une cultures en partage » et remporté le premier prix ! Les lycéens ont travaillé depuis janvier sur la question de l’engagement en littérature et cinéma.

Deux victimes du terrorisme témoigneront de leur engagement contre toute forme d’intolérance, contre le terrorisme et pour les valeurs républicaines et dialogueront avec les deux classes réunies.

Rencontre programmée

Le jeudi 22 mars, Mélanie Berthouloux-Dizin viendra en compagnie de Georges Salines à la rencontre d’élèves de Seconde.

Mélanie se souvient bien avoir été lycéenne : il y a neuf ans, elle avait dix-sept ans, était en Terminale lorsqu’un attentat terroriste a transformé sa vie. Non seulement elle a été grièvement blessée mais aussi elle a perdu Cécile Vannier son amie, « sa sœur de cœur », elle aussi en Terminale.

Nous avons préparé cette rencontre importante : les lycéens du lycée Georges Braque d’Argenteuil ont découvert qu’un groupe de lycéens pas très différents d’eux-mêmes a été frappé par le terrorisme en février 2009.

Lecture de l’image

Pour cela, ensemble, nous avons observé et commenté deux photographies de Mélanie et Cécile, prises au Caire quelques heures avant l’attentat.

Les lycéens ont immédiatement remarqué la proximité et le bonheur des deux jeunes filles : « elles sourient toutes les deux sur les deux photos ». Ils ont noté leurs différences (la blonde et la brune ; pull blanc, pull bleu) et leurs ressemblances (même âge, mêmes gestes, mêmes activités).

 

 

 

 

 

 

 

Ecriture – première proposition

Voici la première proposition d’écriture : La brune Cécile parle à la blonde Mélanie des pyramides, des dunes de sable, des nuages blancs dans le ciel bleu, du présent et de l’avenir. Que lui dit-elle ? , et nous avons ajouté d’écrire à la première personne, « je ».

Alors, nous avons entendu des mots doux et les mots du bonheur :

 

« Ces délicieux moments passés avec toi étaient pour moi un grand bol de bonheur », « honnêtement, c’est je pense les meilleures vacances que j’ai jamais passées de ma vie ».

Nous avons entendu les préoccupations adolescentes : un garçon qui plaît à l’une d’elle, le souhait de manger des glaces ou d’acheter des robes ; et les préoccupations des voyageuses : ramener des souvenirs pour elles et pour leurs mères, ramener des photos aussi qui seraient d’autres souvenirs.

Et l’avenir ? Dans l’avenir proche, elles renteront ensemble en France et « les heures d’avion vont être longues ».

Ensemble, plus tard, elles retourneront en Egypte. Bientôt, elles passeront leur bac :

Et ce souhait de repartir ensemble à la découverte d’autres pays, « plus tard » :

 

Ecriture – deuxième proposition

Voici la deuxième proposition d’écriture : « Partons en voyage à dos de dromadaire », dit la blonde Mélanie à la brune Cécile ou la brune Cécile à la blonde Mélanie. Continuez.

A nouveau, il y a des mots doux :

« Allons loin, très loin, là où on sera toutes seules toi et moi, sans les problèmes de la vie, là où  on aura une famille, des enfants, là où , on trouvera le bonheur, là où toi et moi, nous resterons jusqu’à la fin de nos vies »

Elles partent « dans un monde paisible où nous serions les reines ».

 

Ecriture –  troisième proposition : la proposition de Célia

Célia a fait une autre proposition d’écriture :  Mélanie, des années plus tard, s’adresse avec recul à Cécile.

Nous avons accepté sa proposition même si nous savions combien elle est trop proche de la réalité de Mélanie pour nous permettre de véritablement mener un atelier d’écriture. Cependant, comment ne pas être touché par tant de perspicacité ? La simplicité ici est vérité.

«  Ton sourire, ta joie de vivre, tout cela me manque. Tu me manques ».

Nous n’avions rien dit aux élèves des déclarations de Mélanie lors des commémorations ou lorsqu’elle est interviewée par de journalistes ; pourtant les lycéens n’ont aucune difficulté à se mettre à la place de Mélanie et ils sont plusieurs à écrire la culpabilité de la survivante : « peut-être “.

Le bilan de l’expérience du terrorisme et des années d’absence est fait :

 

Parlerons-nous de maturité la semaine prochaine ?

 

Merci et à la semaine prochaine à

Wassim, Wafa, Lilia, Mohamed, Julia, Alioune, Medhi, Rédouane, Sarah, Ilyès, Inès, Samia, Chaldi, Nicolas, Maïssane, Ethan, Lucas, Naïm, Mahmoud, Rayane, Lydie, Célia, Halima, Jessica, Angelica

 

Et aux impeccables enseignantes :

Sabine Castets & Mounira Dakiche

 

Et à Monsieur Vincent Deroin, Proviseur

 

Lire l’article précédent, En attendant Georges Salines

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *