Antoine de Léocour, Vincent Delory – 3 ans, déjà…

1463573_3_033e_antoine-de-leocour-et-vincent-delory.jpg
Photo (détail) : Pib – La Voix du Nord

Mercredi 8 janvier 2014 –

 

L’AfVT rend hommage à Antoine et Vincent : 3 ans, déjà…

 

L’Association française des Victimes du Terrorisme vient de rendre à Linselles un dernier hommage à Antoine et Vincent : Guillaume DENOIX de SAINT MARC, Asma GUENIFI, Maître Catherine POMPIDOU et Maître Antoine CASUBOLO FERRO ont rencontré les familles DELORY et de LÉOCOUR.

Pour l’occasion, chaque famille a fourni une contribution écrite en mémoire des deux disparus.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAGilles DELORY, père de Vincent, et toute sa famille :

« 8 janvier 2011 – 8 janvier 2014

Il est 14h00, il pleut, il fait froid, il n’y a personne, je suis seul au cimetière de Linselles devant la stèle commémorative de la mort des otages du Niger tués lors de l’intervention des forces spéciales françaises décidée par l’État afin de montrer que la France ne cédera pas au terrorisme.

« I HAVE A DREAM » – « J’ai fait un rêve ».

J’ai fait un rêve : tous ceux qui avaient encore une pensée pour Vincent et Antoine prenaient leur plume et écrivaient aux responsables de l’époque : NS, FF et AJ, ainsi qu’au Président actuel.

J’ai fait un rêve : ils réclamaient la plus haute reconnaissance de la France pour leur martyr.

J’ai fait un rêve : ils réclamaient l’extension de la saisine du juge d’instruction afin qu’il puisse enquêter sur les circonstances exactes de leur mort, et non uniquement sur les faits de terrorisme.

J’ai fait un rêve : l’État accordait la plus haute reconnaissance de la Nation à nos chers disparus, comme il l’a fait pour certaines victimes de Mohamed MERAH ainsi qu’aux deux niçois enlevés et tués en avril 2011 lors du soulèvement d’Abidjan.

J’ai fait un rêve : l’État reconnaissait que, pour montrer que la France continue à se battre contre le terrorisme, il avait mis la vie des otages en danger et avait une part de responsabilité dans leur mort.

Et puis, je me suis réveillé, j’étais seul à pleurer avec ma lettre à la main qui restera, comme les autres, sans réponse ou au mieux essuiera un nouveau refus, « jugé irrecevable » comme ils disent.

Je me suis  réveillé seul, abandonné par la France, oublié de tous ceux qui avaient promis de nous aider, seul avec mon chagrin.

Mais la famille reste unie, et son amour est immense. Même seuls, nous continuerons dans l’indifférence générale à nous battre pour eux.

Je me suis réveillé, j’étais toujours dans un cauchemar sans fin.

Pour Vincent, pour Antoine, il faut massivement agir et réclamer à l’État que justice leur soit rendue. »

OLYMPUS DIGITAL CAMERAThérèse de LÉOCOUR, mère d’Antoine :

« 8 janvier 2011 – 8 janvier 2014

3 ans, déjà !!! Ça paraît loin, mais pour nous, ça ne l’est pas. Antoine nous a quitté brutalement et cruellement, ainsi que Vincent, son ami et copain d’enfance.

La douleur et l’incompréhension toujours aussi vives. Pourquoi eux ?!

A quand la reconnaissance comme victimes civiles du terrorisme pour Antoine et Vincent ?

Antoine était amoureux de l’Afrique, il avait des qualités humaines, il avait un tempérament de battant, sans jamais rien laisser au hasard. Son décès et celui de Vincent sont injustes.

Merci à toutes les personnes qui nous soutiennent pour cette douloureuse épreuve. Un merci tout particulier pour notre avocat qui nous aide pour ce dossier compliqué, et l’AfVT.org qui nous soutient. »

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *


A propos de l’AFVT

La vocation de l’Association française des Victimes du Terrorisme est d’agir au plus près des victimes du terrorisme pour accompagner leur travail de guérison, de reconnaissance, de vérité, de deuil et de mémoire tout en soutenant la lutte contre la banalisation de la violence et la barbarie.


NOUS CONTACTER

NOUS APPELER au +33 1 84 79 10 10