CP/ Annulation de la citoyenneté d’honneur accordée au terroriste Georges Ibrahim Abdallah

Logo-AfVT2l.png
Communiqué de presse du 9 juillet 2014
ANNULATION DE LA CITOYENNETÉ D’HONNEUR
accordée au terroriste Georges Ibrahim Abdallah par la mairie de Bagnolet
L’Association française des Victimes du Terrorisme (AfVT.org)
salue la décision du Tribunal administratif de Montreuil
.
Suite à la citoyenneté d’honneur accordée au terroriste Georges Ibrahim ABDALLAH par le conseil municipal de Bagnolet, le 11 décembre 2013, l’Association française des Victimes du Terrorisme (AfVT.org), représentée par Maître Géraldine BERGER-STENGER, avait déposé un recours pour faire annuler cette décision, aux côtés de Monsieur le Préfet de la Seine Saint-Denis, de Monsieur Jacques NIO, conseiller municipal représenté par Maître Jérémie BOULAY, et du Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme.
Le 4 juillet 2014, le Tribunal administratif de Montreuil a annulé la décision du conseil municipal de Bagnolet.
Georges Ibrahim ABDALLAH est incarcéré en France depuis 1987.
Le Tribunal rappelle qu’il a été « condamné à la réclusion criminelle à perpétuité par la Cour d’assises de Paris pour complicité d’assassinats et tentative d’assassinat commis à Paris, Boulogne-Billancourt et Strasbourg, dans le cadre d’actions terroristes ».
Le Tribunal retient notamment que la « délibération [du conseil municipal de Bagnolet] a été prise dans le but d’inciter les autorités compétentes à procéder à sa libération » et relève qu’elle « n’est pas justifiée par un intérêt local ».
Guillaume DENOIX de SAINT MARC, directeur général et porte-parole de l’AfVT.org, déclare :
« Nous ne pouvons qu’approuver ce rétablissement du droit face à la tentative d’instrumentalisation politique d’une distinction officielle. Les actes criminels de Georges Ibrahim ABDALLAH ne justifient aucune forme d’hommage public venant d’un élu de la république.
Présenter M. ABDALLAH comme un prisonnier politique relève de la désinformation, et le Tribunal ne s’y est pas trompé.
Nous avons le même cas de figure avec les collectifs de soutien aux prisonniers basques qui présentent leurs chefs détenus en France comme des prisonniers politiques.
Le 14 juin dernier, les élus français ont défilé à Bayonne pour réclamer la libération anticipée de Juan Ibon FERNANDEZ IRADI, atteint de sclérose en plaques. Ce membre important d’ETA a été condamné pour de nombreux actes criminels, notamment pour avoir atteint de 9 balles un gendarme français. Or, ce gendarme souffre lui aussi de graves problèmes médicaux…
Les élus de la république ont un devoir d’exemplarité. Leur rôle n’est pas de soutenir des individus comme ABDALLAH et FERNANDEZ IRADI, incarcérés tous deux à Lannemezan et bénéficiant des mêmes réseaux de soutien.
La décision du Tribunal administratif de Montreuil représente donc à nos yeux un acte très important car elle fait office de jurisprudence. Cet outil nous permettra de nous opposer avec encore plus de fermeté au détournement de la mémoire. »

RAPPEL DES FAITS

Pour lire le communiqué de presse de l’AfVT.org au sujet de Georges Ibrahim ABDALLAH, cliquer ici.
Pour lire le communiqué de presse de l’AfVT.org au sujet de Juan Ibon FERNANDEZ IRADI, cliquer ici.
Contact presse pour l’AfVT.org :
 
Mme Danièle KLEIN (présidente de l’AfVT.org) 06 76 73 66 20
M. Guillaume DENOIX de SAINT MARC (directeur-général de l’AfVT.org)
06 61 11 96 54
M. Stéphane LACOMBE (responsable projets-communication) 06 64 27 19 27
Toute l’équipe de l’AfVT.org vous remercie pour votre attention et votre soutien.
Association française des Victimes du Terrorisme – AfVT.org,
5 bd Pereire, 75017 Paris, France – Tél : +33 9 82 47 83 96
contact@afvt.orgwww.afvt.org

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *


A propos de l’AFVT

La vocation de l’Association française des Victimes du Terrorisme est d’agir au plus près des victimes du terrorisme pour accompagner leur travail de guérison, de reconnaissance, de vérité, de deuil et de mémoire tout en soutenant la lutte contre la banalisation de la violence et la barbarie.


NOUS CONTACTER

NOUS APPELER au +33 1 84 79 10 10