11 septembre 2001- 11 septembre 2021 : les 20 ans d’un attentat qui changea le monde

AP21245054268279-1280x911.jpg

Les faits

A 8h46 le 11 septembre 2001, le vol AA11, un Boeing 767 de la compagnie American Airlines, avec à son bord 81 passagers et 11 membres d’équipage, vient percuter le gratte-ciel entre les 93e et 99e étages de la tour Nord du World Trade center.

Quelques minutes plus tard à 9h06, un second avion de ligne, le vol 175, frappe la seconde tour du World Trade Center.

Alors que le président de l’époque, Georges W.Bush est en déplacement dans une école de la région de Floride aux USA, son chef de cabinet, lui annonce l’attentat par ces deux phrases : « Un deuxième avion a heurté la tour. Monsieur le président l’Amérique est attaquée. »

A 9h37, un troisième avion, le vol 77, s’écrase sur le Pentagone.

A 9h59, la seconde Tour du World Trade Center s’effondre. Et à 10h03 alors qu’un quatrième avion est détourné, celui s’écrase dans un champ en Pennsylvanie.

 Pour plus d’info :  

L’enquête

L’enquête révèlera qu’il n’aura fallu qu’à peine 2 ans de préparation et seulement quelques milliers de dollars aux terroristes à l’origine des attaques pour mettre en œuvre cet attentat. Préalablement à l’attentat, les terroristes avaient pris des cours de langue anglaise pour se faire comprendre de tous ainsi que des cours de pilotage afin de pouvoir détourner les avions de lignes.

Néanmoins, en dépit des failles dans le renseignement et la surveillance des aéroports, les attentats n’auraient pas pu être éviter. En effet, le droit américain ne permettait pas d’interdire l’entrée d’un individu dans un avion.

Dès le signalement des attaques au président américain Bush, le cabinet présidentiel et les services du FBI et de la CIA suspectent Ben Laden. Cette suspicion se transformera rapidement en traque.

Cependant, avec la déclassification de l’enquête, décrété par l’actuel président américain, Joe Biden, le 5 septembre 2021, il est probable que d’autres éléments de l’enquête soient révélés.

Pour plus d’info :

Être victime de l’attentat

Certaines victimes ont néanmoins permis d’éviter que ce jour du 11 septembre 2001 ne soient encore plus meurtrier, en empêchant directement les terroristes de détourner le vol UA 93 à destination de New York.

Ground Zero, mémoire de l’attentat du 11 septembre, permet aujourd’hui de rendre un hommage permanent à toutes ces victimes décédées lors des attaques.

Si, les familles de certaines victimes disparues le 11 septembre, sont néanmoins reconnaissantes de la construction d’un mémorial, d’autres, en revanche, ne préfèrent plus s’y rendre le jour de la commémoration annuelle, beaucoup trop difficile émotionnellement.

Pour plus d’info : Les héros du vol UA 93 ,France inter Episode 4 https://www.franceinter.fr/emissions/11-septembre-l-enquete/episode-4-les-heros-du-vol-ua93

Quid 20 ans après ?  

Être victime 20 ans après les attentats

Environ 2900 victimes sont décédées, le 11 septembre 2001. Néanmoins, 20 ans après, l’attentat du 11 septembre 2001, continue à tuer. En effet, des centaines de personnes ont développé des maladies résultant des fumées toxiques et des retombées de particules de poussière et métaux, causées par l’effondrement des tours du World Trade Center de New York

Aujourd’hui on dénombre, davantage de victimes décédées des suites de l’effondrement que le jour de l’attentat, estime un rapport du fonds d’indemnisation des victimes, publié mardi 7 septembre 2021.

Le fond d’indemnisation ouvert depuis 2011 aux personnes qui se trouvaient sur les lieux et qui ont depuis développé des maladies a recueilli plus de 67 000 demandes, dont 3 900 au nom de personnes décédées, plus de 41 000 dossiers ont à ce jour été jugés recevables.

Néanmoins en 2019, le gouvernement américain a envisagé la suppression de ce fond d’indemnisation. Finalement grâce à la mobilisation des victimes, de leurs familles et des médias, le fond a pu être maintenu.

Pour plus d’info :

20 ans après le 11 septembre 2001 est-il entré dans les livres d’Histoire ?

Si le 11 septembre 2001 eu une influence certaine sur les relations internationales de ces 20 dernières années, il reste encore difficile de l’enseigner dans les écoles américaines. En effet, faute de temps ou par peur de choquer les élèves, l’étude de cette date clé de l’histoire contemporaine se limite la plupart du temps à une minute de silence le jour de la commémoration des attentats.

Un procès des commanditaires même 20 ans après est-il réellement possible ? 

Si le procès participera surement à la résilience de nombreuses victimes survivantes et famille de victime, c’est avant tout la fin d’une longue attente puisque les accusés physiquement fortement diminués ( perte de mémoire, incapable physiologiquement de parler et marché) sont emprisonnés depuis quinze ans dans la prison de la base navale américaine de Guantanamo, au sud-est de Cuba.

Ce procès relevant d’une justice militaire d’exception, reprend mardi 7 septembre après des semaines d’interruption en raison de l’épidémie.

Le procès verra comparaitre, le cerveau présumé des attaques, Khalid Sheikh Mohammed, et quatre autres accusés, néanmoins son issue semble encore bien lointaine. Il pourrait s’écouler encore des mois voir des années avant qu’un jugement soit prononcé. L’un des avocats de la défense, James Connell, a même assuré qu’il ne « savait pas » si ce procès irait un jour jusqu’à son terme.

Concernant la ligne de défense adoptée par les avocats des accusés, elle se concentre sur les actes de tortures et les séquelles vécu par les accusées à Guatanamo dans l’optique de faire invalider la plupart des preuves avancées par les autorités américaines.

Les accusés poursuivis pour « meurtre » et « actes terroristes », comparaîtront dans une salle d’audience sous haute sécurité, entourée de grillages avec barbelés. Ils risquent la peine de mort. Face à eux, des familles des 2.976 personnes dont la mort leur est imputée, et des journalistes.

Pour plus d’info :

Sources

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *


A propos de l’AFVT

La vocation de l’Association française des Victimes du Terrorisme est d’agir au plus près des victimes du terrorisme pour accompagner leur travail de guérison, de reconnaissance, de vérité, de deuil et de mémoire tout en soutenant la lutte contre la banalisation de la violence et la barbarie.


NOUS CONTACTER

NOUS APPELER au +33 1 41 05 00 10



Dernières actualités