L’édito

Guillaume DENOIX DE SAINT MARC
Porte-parole et directeur général de l’AfVT

C’est le 19 septembre 1989 que le terrorisme est entré dans ma vie.

Ce jour-là, mon père Jean-Henri faisait partie des 170 passagers et membres d’équipage du DC10 d’UTA, vol UT772, qui a explosé au-dessus du désert du Ténéré.

Après une longue et douloureuse reconstruction personnelle, se sont ensuivies pour moi et les familles endeuillées vingt années de combat en faveur de la justice et de la reconnaissance officielle de notre condition.

10 ans après l’attentat, l’enquête et le procès par contumace ont désigné la Libye et ses services secrets comme commanditaire et exécutant matériel de l’attentat.

En février 2002, au cours de la visite d’une délégation libyenne à Paris, je saisis l’occasion d’interpeller directement l’un des fils du Colonel Kadhafi.

Cette initiative me permet d’entamer d’improbables négociations directes entre les victimes de l’attentat du DC10 et l’état libyen, apparemment résolu à tourner la page de son passé terroriste.

Au terme de deux années d’incroyables pressions médiatiques, diplomatiques et économiques, nous finissons par obtenir gain de cause : la Libye reconnaît enfin sa responsabilité de manière officielle et accepte d’indemniser équitablement les familles de 170 victimes qui comptent au total 19 nationalités.

Après cette première victoire, une nouvelle épreuve se présente.

Au sein de la Fondation du DC10 d’UTA, créée pour l’occasion, nous devons procéder à la répartition des indemnités auprès de 1600 ayant-droits répartis dans le monde entier. Cette aventure, à la fois humaine et technique, fut très difficile mais aussi passionnante à vivre.

Il faudra six années pour en venir à bout.

Avec l’équipe qui m’entourait au sein du collectif des Familles de l’Attentat du DC10 d’UTA, nous avons relevé un troisième défi : celui de la mémoire !

Notre action a permis d’édifier un mémorial au milieu du désert du Ténéré, près des morceaux épars de l’épave de l’avion.

Visible du ciel et sur les photos satellite, ce mémorial a été construit dans des conditions extrêmes, la ville la plus proche se situant à pas moins de 650 km du site ! Il témoigne pour l’éternité du drame qui s’est déroulé dans cette portion de désert.

Après ces actions, je serai sollicité par le réseau européen des victimes du terrorisme pour relater notre expérience et pousser les victimes européennes d’autres attentats à se mobiliser.

Je pensais que mon combat pour la justice et la mémoire des victimes du terrorisme allait toucher à sa fin lorsque deux événements se sont produits : l’association SOS Attentats annonce sa dissolution tandis que le 22 février 2009, un attentat vise un groupe d’adolescents français au Caire. Cécile Vannier, 17 ans, y trouve la mort.

La création d’une nouvelle association française s’est imposée naturellement. J’ai donc décidé de relever ce nouveau défi et de créer l’Association française des Victimes du Terrorisme (AfVT.org). J’avais en tête le modèle d’une structure pérenne, efficace et en prise directe avec la société, pour porter assistance aux victimes et contribuer à l’abolition du terrorisme, dans le respect des droits de l’Homme et du droit international.

 

6 commentaires

  • Pingback: L’Association des victimes du terrorisme opposée à la loi Renseignement | Groupe Gaulliste Sceaux

  • LEVY

    23 novembre 2017 at 11 h 14 min

    A l’attention de Monsieur DENOIX DE SAINT MARC

    Cher Monsieur,
    J’ai assisté à la conférence donnée par l’ANM le 17 Novembre dernier et je tenais vraiment à vous dire que j’avais été extrêmement touchée par votre témoignage.
    Je suis avocate et rédige un mémoire sur la médiation dans le cadre du certificat de compétence du CNAM.
    J’aurais bien aimé vous poser quelques questions.
    Auriez-vous quelques instants à me consacrer?
    D’avance, je vous remercie infiniment de votre retour.
    Bien à vous

    Emmanuelle LEVY
    ek.levy@levyavocats.com

    Reply

  • Moshé

    13 septembre 2018 at 9 h 07 min

    Commémoration des victimes du terrorisme le 19 septembre 2018 ??

    Le jour de Yom Kippour !!

    Avec l’ami d’un certain Benalla, bravo !!

    Reply

    • Aurélia van Kote

      26 septembre 2018 at 9 h 39 min

      Bonjour, le 19 septembre 2018 était effectivement le jour de Yom Kippour. Cependant nous avons plusieurs fois précisé que l’Hommage National aux Victimes de Terrorisme a lieu à cette date depuis 19 ans. Nous avons eu une pensée toutes particulière pour celles et ceux qui ne pouvaient pas se joindre à nous cette année.

      Reply

  • Prat Hélène

    13 novembre 2019 at 14 h 38 min

    À l‘attention de Monsieur Denoix de Saint Marc.

    Cher Monsieur,
    J‘ai écouté la fin de votre intervention ce matin sur France Info et j‘ai apprécié votre discours rempli de sagesse, concernant le traitement à réserver entre autre aux enfants de terroristes. Le sujet est évidemment sensible et complexe et la plus grande prudence s‘impose. Les attitudes extrêmes sont dangereuses. Il est naïf de croire que l‘on peut combattre un extrême par un autre extrême. Tendre vers la modération semble plus judicieux, c‘est aussi plus difficile car ce n‘est pas forcément le reflet de la nature humaine. Je suis intimement convaincue que l‘accompagnement de ces enfants est le seul moyen de limiter les dégâts. Les laisser sans aucune prise en charge risque d‘être désastreux, nous aurons alors des“bombes en puissance“. Dans un monde où le manque de solidarité et l‘indivisualisme occupent une place importante, j‘espère de tout cœur que la conscience collective s‘éveillera rapidement pour laisser place à l‘entre aide et à la bienveillance qui ont un rôle important à jouer dans la lutte contre les actes de malveillance.
    Bien cordialement.
    Hélène Prat

    Reply

  • Long

    22 novembre 2019 at 20 h 20 min

    Monsieur Guillaume Benoît de Saint Marc,

    Je n’aime pas la télé.
    Je n’aime pas Azur TV excepté la seule émission de cuisine.
    Je jappe tout le temps “au cas ou?”
    Je viens d’être extrêmement touché par votre finesse face à la complexité de la cause que vous défendez avec (je n’ai pas les mots).
    Merci, vraiment merci.
    Cela va m’aider à enrichir l’éducation que je suis en train de proposer à mes enfants.
    Merci merci Nice, le nov 2019

    Reply

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *