Compte-rendu du procès du Musée juif de Belgique

photo-1436450412740-6b988f486c6b.jpg

Le procès du Musée juif de Belgique s’est ouvert le jeudi 10 janvier 2019 pour mettre en lumière les faits du 24 mai 2014.

Mehdi Nemmouche, interpellé quelques jours après les faits à Marseille, est accusé d’avoir commis 4 assassinats terroristes. Les victimes ont été tuées dans un intervalle de 82 secondes, par un seul homme, armé d’un revolver et d’un fusil d’assaut.
Nacer Bendrer est accusé de complicité d’assassinats pour avoir fourni les armes qui ont servi à la commission de l’attentat.

Les deux accusés sont jugés devant la Cour d’assises de Bruxelles, composée notamment d’un jury populaire, en audience publique. Très attendu, plus de 400 journalistes se sont mobilisés pour suivre ce procès et les mesures de sécurité déployées sont impressionnantes.
Autrefois destinés à la compréhension des personnes qui ne savaient ni lire, ni écrire, les jugements en assises posent aujourd’hui nombre de question. En effet, comme le souligne le procureur fédéral Frédéric van Leeuw, une telle procédure peut s’avérer très longue et demande énormément de moyens, tant humains que financiers.

Le procès du Musée juif de Belgique est le premier d’une longue série, c’est la première fois qu’un djihadiste est en mesure d’être jugé.
Selon Me Lys, avocat de l’Association française des Victimes du Terrorisme, « c’est le premier procès d’un attentat qui a été commis au sein de la mouvance de l’Etat islamique en Europe. Ça a donc évidemment un intérêt tout particulier, et pour les victimes françaises, et pour les victimes belges. ».

A l’issue des délibérations, les deux accusés ont chacun été reconnus coupables.

***

Pour un compte-rendu détaillé, vous trouverez ici la version PDF.

***

Pour plus d’informations concernant l’attentat du Musée juif de Belgique, nous vous invitons à consulter ce lien.

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *